Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 11:30

«Jean-Marie le Pen n'a pas de sang arabe ou alors sur son pare-choc»

Citation controversée attribuée à Coluche

L'actualité des médias français a fait la partie belle à une phrase de Dieudonné M'bala M'bala lors d'un spectacle à l'encontre du journaliste de Radio France, Patrick Cohen...Nous citons: «Moi, tu vois, quand je l'entends parler je me dis, tu vois, les chambres à gaz... dommage», Aussi, ce fut un tollé terrible. Les médias en boucle, les spécialistes de tout poil, de la droite, de la gauche et du milieu ont condamné comme un seul homme ce propos vu comme une forme d'antisémitisme et de racisme par la police de la pensée en France avec aussi un écho en Angleterre, voire aux Etats-Unis. Cela a amené les partis politiques, pour des raisons diverses, à vouer aux gémonies Dieudonné «ce pelé, ce galeux d'où viennent tous les maux».

Une enquête est ouverte et le ministre de l'Intérieur promet de faire ce qui est en son pouvoir pour interdire -dans le cadre de la loi- les spectacles de Dieudonné. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui étudie les moyens d'interdire les spectacles de l'humoriste Dieudonné, plusieurs fois condamné pour antisémitisme. François Hollande a déclaré depuis Riyadh qu'il convenait «d'approuver et soutenir» le ministre de l'Intérieur dans sa démarche. De son côté, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a dénoncé dans un communiqué assurant «qu'à l'instar de Dieudonné qui se cache sous le masque de l'humour, les personnes qui miment le geste de la ´´quenelle´´ n'assument pas leur antisémitisme». C'est ensuite la Grande Mosquée de Paris qui a condamné «énergiquement tout acte ou propos à caractère antisémite ou raciste dans le monde sportif».

Il est vrai que ces mots ont une résonnance dramatique pour la communauté humaine et vouloir remettre au goût du jour même pour faire rire - les fours- avec tous les sous-entendus interdits partout en France dans les salles officielles, l'atteinte aux Sémites est dangereuse car elle prépare, voire elle catalyse le lit du fascisme actuel rampant envers les faibles dont une grande partie sont aussi sémites.



Qu'est-ce que la quenelle et son histoire dans les médias ?

Nous lisons dans Le Monde un réquisitoire particulièrement partial contre Dieudonné et on présente l'histoire de la quenelle comme une histoire de gros sous sur le dos d'une communauté innocente.: «La quenelle s'est popularisée sur la Toile, puis s'est invitée sur les plateaux de télévision avant de devenir un geste politique. Provocation antisystème pour les uns, gestuelle antisémite pour d'autres, la quenelle garde une signification très floue. Un flou dont bénéficie l'humoriste Dieudonné M'bala M'bala, qui en a fait un symbole politique des causes qu'il défend. Le geste de la quenelle consiste à tendre un bras vers le bas tout en plaçant la main opposée sur l'épaule du bras tendu. Entre le salut nazi inversé et le bras d'honneur. Plus largement, l'ancien humoriste définit la quenelle comme un «symbole d'insoumission au système».(1)

Le Monde tente de nous expliquer la symbolique du geste et s'appuie sur l'avis du spécialiste de l'extrême droite Jean-Yves Camus qui expliquait que ««la quenelle est avant tout un code identitaire, qui a acquis une vraie popularité chez les jeunes. Difficile de dire que tous ont conscience de la portée de ce geste». Il ajoutait que Dieudonné M'bala M'bala entraînait avec lui «une mouvance transversale, antisystème et complotiste, dont l'antisémitisme reste la colonne vertébrale. Leur vision du monde est celle d'un ordre mondial dominé par l'axe Washington-Tel-Aviv. Derrière les discours fustigeant l'Otan et la finance internationale, tout en soutenant Bachar Al-Assad et Hugo Chavez, il y a la conviction qu'au fond, ce sont les juifs qui tirent les ficelles.» (1)

«En septembre, des militaires en mission Vigipirate à Paris ont été photographiés devant une synagogue en train de faire une quenelle. Ce qui leur a valu une sanction. Outre un site officiel qui recense les photos des «meilleures quenelles»,Dieudonné M'bala M'bala a lancé le concours des «quenelles d'or», qui récompense les «maîtres quenelliers». La dernière édition a eu lieu en juin. Alain Soral figurait parmi les grands vainqueurs. Bien décidé à surfer sur cette idée, Dieudonné M'bala M'bala a lancé toute une série de produits dérivés, du tee-shirt au mug. Le succès de ce signe de ralliement a provoqué des divisions au sein même de la mouvance de Dieudonné M'bala M'bala. Un site proche de l'extrême droite israélienne, JSS News, a révélé un échange de mails entre Noémie Montagne, la compagne de Dieudonné M'bala M'bala, et Alain Soral, qui met en avant les querelles autour de la quenelle. «Tu prétends que ma société est mal gérée et bordélique alors que j'ai quadruplé le chiffre d'affaires en quatre ans», écrit Noémie Montagne.» (1) La décrédibilisation est voulue.

La chasse à ceux qui font la quenelle

La mobilisation planétaire a été rapide et efficace. Il est loin d'être le premier sportif français à être vu en train de faire la quenelle - Samir Nasri, Mamadou Sakho, Tony Parker, Teddy Riner, Yannick Noah (liste non exhaustive) l'ont exécutée avant lui - mais jamais le geste n'avait été réalisé devant les caméras du monde entier. Les censeurs planétaires de l'antisémitisme -réduit uniquement aux juifs excluant les autres-, a réagi rapidement. Le Congrès juif européen a appelé les responsables de la Première League anglaise de football à suspendre le Français Nicolas Anelka. Dans un communiqué de son président Moshe Kantor, il qualifie cette «quenelle» de «salut nazi inversé». Après Nicolas Anelka, c'est au tour de Tony Parker d'être emporté par la polémique de la quenelle, un geste qu'il a réalisé cette année. Le basketteur s'est excusé sur demande du centre Simon-Wiesenthal...Dans un communiqué publié ce lundi par son club, le basketteur a présenté officiellement ses excuses pour ce geste. ´´(...) ´´Comme j'ai appris le caractère sérieux de ce geste, je ne le ferai plus jamais et m'excuse sincèrement (...) si j'ai fait du mal avec cet acte´´, poursuit-il. ´´

De même, le joueur de football Sami Nasri a présenté lui aussi ses excuses sur son compte Twitter. Un porte-parole des Reds de Liverpool a réagi en assurant que le joueur avait «expliqué qu'il ne connaissait pas la signification de ce geste quand la photo avait été prise il y a six mois».

Le journaliste de Rue 89 nous apprend qu'Anelka s'est excusé: «Le footballeur, lui, a réagi sur Twitter: « Ce geste était juste une spéciale dédicace pour mon ami humoriste Dieudonné. » L'Angleterre ne plaisante pas avec les célébrations de but controversées. La Fédération de foot a ouvert une enquête sur le geste du footballeur français qui risque une suspension de cinq matches minimum, s'il est considéré comme insultant. (...) Les autres grands titres de la presse internationale l'ont évoqué en essayant de rendre compte de l'ambigüité de la «quenelle», de son interprétation sujette à diverses interprétations: simple soutien à Dieudonné? Geste anti-système? Anti-sioniste? Antisémite? Le New York Times écrit par exemple: «Ce geste, qui est associé en France à l'extrême droite, a été exécuté ces dernières années près des bâtiments juifs ou d'endroits qui ont du sens pour les juifs, comme les musées. Certains considèrent la quenelle comme un salut nazi inversé et elle a été décrite comme anti-sioniste et anti-Isräel. Dieudonné, lui, a dit que ce geste était anti-système et n'est pas destiné à offenser les juifs.» (2)

«La liste» de Patrick Cohen

Pourquoi l'acharnement de Dieudonné avec sa phrase inacceptable? Daniel Schneidermann a essayé de comprendre ce ressentiment qui lie les deux hommes en expliquant l’acharnement justement de Patrick Cohen à interdire de parole et de visibilité sur les médias , un certain nombre de personnes . la « Liste de Patrick Cohen est vue comme celle des parias qu'il est «interdit» d'inviter sur les plateaux. Ecoutons-le: «Eh bien, c'est dit. Il existe une liste noire d'invités sur France Inter. C'est l'animateur de la Matinale, Patrick Cohen, qui a benoîtement mangé le morceau. Cela se passe au micro de l'émission C'est à vous (France 5). Chroniqueur de cette émission, Patrick Cohen reçoit son collègue Frédéric Taddéï, animateur de Ce soir ou jamais, qui vient d'être transférée de France 3 à France 2. Et Cohen ne va pas le rater. (…) A présent qu'il est passé sur France 2, chaîne amiral, Taddéï continuera-t-il d'inviter les maudits, comme il le faisait à l'abri de la (relative) confidentialité de France 3? «Vous invitez des gens que l'on n'entend pas ailleurs, mais aussi des gens que les autres médias n'ont pas forcément envie d'entendre, que vous êtes le seul à inviter.» Et Cohen cite quatre noms: Tariq Ramadan, Dieudonné, Alain Soral et Marc-Edouard Nabe.» (3)


«Un théologien, un humoriste, un publiciste inclassable, un écrivain: voici la liste des proscrits, des interdits, des bannis, dressée pour la première fois, tranquillement, sur un plateau de télé convivial et sympathique. Instant de vérité. «Moi, j'ai pas envie d'inviter Tariq Ramadan.» Taddéï: «Libre à vous. Pour moi, y a pas de liste noire, des gens que je refuse a priori d'inviter parce que je ne les aime pas. Le service public, c'est pas à moi.»«(...) Même si la liste Cohen mélange tout quoi de commun entre les quatre? chacun en entend bien le point commun: les quatre proscrits, sous une forme ou une autre, ont dit des choses désagréables sur les juifs, Israël, ou le sionisme. Mais soudain, Taddéï renvoie la balle. «Vous voulez que je vous fasse la liste des ministres condamnés, y compris pour racisme, que vous avez reçus dans votre émission de radio?»«Y en a pas beaucoup.» Taddéï ne prononce pas le nom de Hortefeux, mais là aussi, tout le monde a entendu pointer son nez l'éternelle concurrence victimaire: il est légitime d'être désagréable aux Arabes, mais pas aux juifs».(3)

«Se priver d'invités intéressants écrit Daniel Schneidermann, rapportant les propos de Fréderick Taddeï, parce qu'on n'est pas d'accord avec eux est, pour un journaliste payé par le contribuable, une faute professionnelle. Et non seulement c'est indéfendable, mais c'est contre-productif. Aujourd'hui, les dissidents n'ont plus besoin de Cohen et de ses homologues, pour trouver un écho sur Internet. Avant, il était possible de décider qui étaient les «cerveaux malades», et de les condamner pour crime de pensée, comme dans 1984. Le pré carré audiovisuel, s'il veut rester un lieu crédible de débat d'idées, n'a donc plus d'autre choix que de s'ouvrir aux paroles jadis bannies, quitte à leur opposer une contradiction vigoureuse et argumentée, ou à les prendre à leur propre piège de la dialectique. Et de s'en donner les moyens» (3)


Qu'est-ce qu'être sémites et qu'est-ce que l'antisémitisme?

Le mot sémite mis en cause a été forgé à partir du nom propre Sem cité dans la Bible (Genèse, X, 21-32). Ce sont les descendants de Sem, dernier fils de Noé. D'abord réservé au champ de la philologie pour désigner une famille de langues, le terme de sémite en vint rapidement à désigner les locuteurs originaux de ces langues compris alors sous la notion de race. La région d'origine des Sémites est inconnue. Certains la situent en Asie du Sud-Ouest, d'autres en Arabie. Les témoignages archéologiques montrent que les peuples parlant une langue sémitique étaient dispersés en Mésopotamie. Aujourd'hui, les Sémites désignent principa-lement les peuples Araméen, Assyriens (Irak, Syrie, Iran); Amharique (Amharas/Éthiopie); Arabe (pays arabes); Hébreu (Israël)Maltais (Malte); Mazdéen (Irak, Iran); Syriaque (Proche-Orient); Tigrigna (Érythrée). On le voit, les peuples du Moyen-Orient sont Sémites et les démonétiser dans leur ensemble s'apparente à du racisme antisémitisme.

Sur l'Encyclopédie Wikipédia on nous dit: «En dépit de l'étymologie du terme qui suggère que l'antisémitisme est dirigé contre tous les peuples sémites, juifs et Arabes, en pratique il est utilisé pour faire référence à l'hostilité envers les Juifs comme groupe «religieux», «racial» ou «ethnique» L'antisémitisme ne doit pas être confondu avec l'antijudaïsme et l'antisionisme. Comprenne qui pourra! Qui a décidé qu'en pratique de cela? Ce qu'il y a de sûr c'est que les Arabes sont exclus du champ de l'antisémisime qui est devenu une marque déposée pour diaboliser exclusivement les Juifs. En France on peut insulter jusqu'à plus soif les Arabes et par extension leur religion, on ne risque rien. C'est même devenu un sport national à telle enseigne que Erick Zemmour entre en croisade journellement contre les Arabes, les Musulmans, englobant aussi dans la même «affection» les émigrés et les mélanodermes qu'il accuse de ternir sa mélancolie française...

Le fond rocheux du racisme et sa cible

Curieusement, le racisme anti-arabe voire anti-noir ne donne pas lieu à la même mobilisation planétaire. Nous l'avons vu avec les propos et les caricatures abjectes concernant dernièrement la ministre de la Justice, garde des Sceaux, qui répondit aux racistes avec un discours admirable sur la dignité humaine. Barbier écrit justement à propos du racisme: «Quelle est donc cette démocratie où les enfants brandissent des bananes contre une ministre noire, comme les pires des hooligans dans les stades? Quelle est donc cette République où un parti d'extrême droite investit comme candidate aux municipales une femme capable de comparer la même ministre à un singe? » (4)

« Quel est donc ce pays poursuit Christian Barbier où un journal peut s'abriter derrière le second degré, un prétendu humour et la liberté d'expression pour reprendre ces attaques à la volée? Un fumet nauséabond plane depuis quelques semaines sur la France.(...) Il est le relent pérenne d'une idéologie enfouie, mais toujours présente dans les catacombes du pays. Il est le soufre politique d'une société où l'on déteste toujours quelqu'un quand on ne s'aime pas, où l'on ne supporte plus la gueule de l'autre quand on a du mal à se regarder dans la glace.»
«(...) Non, la France n'est pas raciste, et la République enrichit chaque jour sa pharmacie de puissants antidotes. Des lois mémorielles à la vigilance des bonnes associations, nous sommes, et c'est tant mieux, l'un des pays les plus intransigeants en la matière. Les racistes en France sont peut-être plus nombreux qu'hier, ils sont surtout plus bruyants, (...) Les racistes, enfin, ont pour alliés ceux qui ont fait de l'antiracisme un métier et une rente: ceux-là doivent sans cesse hurler au danger brun et trouver des suspects pour justifier leur rage, entretenir leur fonds de commerce et réclamer des subventions».(4)

Mais qu'en est-il de l'antisémitisme envers les Arabes, les Musulmans et les attaques des lieux de culte et de la profanation des tombes. ? C’est un fait, il y a un laissez aller pour condamner les auteurs d’actes racistes anti-arabes ou antimusulmans. La justice, quand elle est rendue se fait avec une cinétique très lente, à telle enseigne qu’elle n’a plus l’effet dissuasif escompté Christophe


En définitive, pour revenir à cette «provocation de Dieudonné», pourquoi ne pas provoquer un débat pour décrédibiliser en direct sur les plateaux, Dieudonné et d'une certaine façon l'empêcher de nuire au lieu de lui interdire de s'exprimer? Quand dans la République un gouvernement s'en prend à la liberté de parole si ridicule ou même abjecte soit-elle, il n'y a plus de limite à la censure Il faut pouvoir rire de tout, sans offenser et il ne doit pas y avoir de sujet tabou. L'interdiction ne fera que renforcer Dieudonné.

La haine des Arabes et des Musulmans est une réalité en France. Etrangement la République minimise les actes, par contre réagit avec la vitesse de l'éclair quand il s'agit de la communauté juive pourtant sémite pourtant française pourtant aussi républicaine avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que celle des autres sémites à l’ombre des lois de la République . Puisse cette année 2014 voir l'avènement de la paix dont nous avons besoin pour combattre nos vrais adversaires que sont la misère, la mondialisation laminoir et le néolibéralisme prédateur qui trouve son compte dans cette diversion sur les conflits identitaires et religieux.

1.http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/12/11/quenelle-comment-un-geste-provocateur-est-devenu-un-embleme_3528089_ 823448.html

2.http://www.rue89.com/rue89-sport/2013/12/29/disgusting-anelka-jour-langleterre-a-decouvert-quenelle-248654


3.http://www.liberation.fr/medias/2013/03/17/la-liste-de-patrick-cohen_889214

4. Christophe Barbier, http://www.lexpress.fr/ actualite/societe/racisme-la-gueule-de-l-autre_1301556.html#gqCiCjw3g3iPsP8y.99

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

Repost 0
Chems Eddine Chitour - dans tolérance
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 00:15

«J'ai essayé de faire connaître ce que je crois être le vrai visage de l'Islam. Les principes de l'Islam font appel à l'amour, à la tendresse et à l'universalisme. Être musulman ou être musulmane, c'est s'en remettre dans la paix à un Absolu, tout en récusant l'indépendance de ce qui est relatif par rapport à cet Absolu. J'ai consacré ma vie au grand poète soufi Rûmi car j'ai trouvé que son message était d'une grande actualité: c'est un message d'amour avec une puissante dimension fraternelle et oecuménique.»

(Eva De Vitray-Meyerovitch E., Islam, l'autre visage, Albin Michel, 1995)

Dans cette contribution, nous voulons décrire le cheminement personnel de personnages qui laissèrent leur empreinte spirituelle par delà les âges. Il s'agit de soufis, mais aussi d'intellectuels qui à leur façon on tracé des «tariqas». A côté de Rabi'ate al Addouya, à qui on attribue la paternité du soufisme, il nous plaît de citer et sans être exhaustif, Ibn Arabi, Djallal Eddine Roumi, pour qui la musique était un vecteur qui amenait à cet état de «Fana» (extinction), mais aussi l'Emir Abdelkader, Mohamed Iqbal et Eva de Vitray Meyerovitch (1)

Qu'est-ce que le soufisme?


Le soufisme, écrit le Dr Nurbakhsh, est l'école de l'illumination intérieure. Le but du soufisme est la connaissance de la Vérité par une prise de conscience réelle du coeur et de l'esprit à travers l'illumination intérieure; et non par l'intermédiaire de théories et de raisonnements philosophiques ou rationnels. La méthode du soufisme est l'intention et la détermination d'aller vers la Vérité par les moyens de l'amour et de la dévotion. Cette pratique a pour nom la Tariqa, la voie spirituelle ou le chemin vers Dieu».(2)

Le majdhûb partage avec le cheikh ummî plusieurs traits, comme l'´´état d'enfance´´. Il est aussi appelé ´´fou de Dieu´´ car sa raison lui a été ´´ravie´´ (de la racine J-Dh-B) par Dieu, le plus souvent de façon abrupte. Pour Ibn 'Arabî le vrai majdhûb n'est pas déficient: son esprit est saisi et retenu (mahbûs) auprès de Dieu et jouit de la contemplation divine. Ce qui caractérise le majdhûb est son insouciance des normes sociales et religieuses. Le fait de voir Dieu par l'oeil de la foi et de la certitude nous a libérés de tout recours à la pensée discursive, disait Abû l-Hasan al-Shâdhilî(1)


Djallal Eddin Rumi

C'est le fondateur de l´ordre des derviches tourneurs. Il naquit en 1207 à Balkh, (Afghanistan). C'est un mystique, poète, penseur. Rûmî, l'auteur du Mesnevi, imposant recueil de milliers de vers, célèbre dans tout le monde arabo-musulman, est connu sous le nom de Mevlana (le Maître). En 1227, un disciple de son père Burhân od Dîn Muhaqqîq Tirmidhî le rejoignit et devint son maître spirituel pendant neuf ans avant qu'il n'envoie Rûmî étudier en Alep et à Damas où il rencontra Muhyî od Dîn Ibn ul Arabî. La ferveur mystique qui l´animait était telle que l´on raconte qu´un jour, tandis qu´il se promenait dans le bazar de Konya, il entendit, passant par le souk des bijoutiers, la sonorité cristalline du marteau de l´orfèvre ciselant l´or. À ces sonorités célestes, son âme «s´envola» et il se mit à tourner sur lui-même dans une danse extatique, au sein de la foule médusée. Il est dit que c´est de cet événement que naquit la célèbre danse des derviches tourneurs. (3)

Pour Djallal Eddine Roumi la notion de pureté est essentielle pour atteindre l'absolu: «Purifie-toi de ton moi pour revivre en ta pure essence Relis dans ton coeur la parole des prophètes, sans livre ni professeur, ni suivi de maître.» Le grand Maitre «Chikh al Akbar», Ibn Arabi, parle d'écorce et de noyau. René Guénon nous en parle: «Ce titre [l'écorce et le noyau], qui est celui d'un des nombreux traités de Mohyiddin Ibn Arabi, exprime sous une forme symbolique les rapports de l'exotérisme et de l'ésotérisme, comparés respectivement à l'enveloppe d'un fruit et à sa partie intérieure, pulpe ou amande. L'enveloppe ou l'écorce (el-qishr) c'est la shariyâh, c'est-à-dire la loi religieuse extérieure, qui s'adresse à tous et qui est faite pour être suivie par tous, comme l'indique d'ailleurs, le sens de «grande route» qui s'attache à la dérivation de son nom. Le noyau (el-lobb), c'est la haqîqah, c'est-à-dire la vérité ou la réalité essentielle, qui, au contraire de la shariyâh, n'est pas à la portée de tous, mais est réservée à ceux qui savent la découvrir sous les apparences et l'atteindre à travers les formes extérieures qui la recouvrent, la protégeant et la dissimulant tout à la fois. (...) »(4)


Eva de Vitray-Meyerovitch

Avant de présenter les maîtres à penser de Eva de Vitray-Meyerovitch, nous allons brièvement la présenter car toute sa vie scientifique culturelle et cultuelle a été consacrée à Rûmi et à Mohamed Iqbal. Ses paroles disant qu'elle a embrassé l'Islam sont spirituelles. Elle ne parle pas de conversion. Elle précise: «Quand on embrasse l'Islam, on n'abjure rien.» Née en 1909 décédée en 1999 elle fut docteur en islamologie, Elle découvre l'Islam à travers le livre du penseur et poète Muhammad Iqbal. Après trois années d'exégèse chrétienne à la Sorbonne, elle choisit de devenir musulmane. Elle s'intéresse de très près à l'oeuvre du poète persan Jalâl ud Dîn Rûmî (1207-1273) qui va la sensibiliser sur la dimension mystique de l'Islam, le soufisme. De 1969 à 1973, elle est détachée au Caire en tant qu'enseignante à la prestigieuse université Al Azhar. En 1971, elle effectue le pèlerinage à La Mecque et visite également Médine. En 1990, elle publie la traduction de Mathnawide Rûmi, une oeuvre colossale de 50.000 vers En 1998, au cours de sa dernière conférence en Turquie, elle émet le souhait d'être enterrée à Konya. Elle s'éteint le 24 juillet 1999. Le 17 décembre 2008, une cérémonie officielle accompagne la mise en terre du cercueil d'Eva de Vitray-Meyerovitch à Konya, face au mausolée de Jalâl ud Dîn Rûmî. (5)



Muhammad Iqbal: l'Islam en mouvement

Muhammad Iqbal est né le 9 novembre 1877 à Sialkot dans le Pendjab, il est décédé le 21 avril 1938. C'est un poète et philosophe. Allama Iqbal est considéré comme un des poètes musulmans les plus influents du xxe siècle. Il est aussi vu comme le père spirituel du Pakistan. (...) Iqbal se fait le défenseur de l'idée d'un État musulman dans le Nord-Ouest du sous-continent indien (...) Son oeuvre maîtresse est sans aucun doute Reconstruire la pensée religieuse de l'Islam. Ce livre magistral n'est pas un livre théologique comme le titre pourrait le faire penser. Cette oeuvre majeure, traduite en français par Eva de Vitray-Meyerovitch, fait un état des lieux de la pensée musulmane et de son apport à la pensée universelle. Iqbal y met en parallèle les théories de différents penseurs musulmans et occidentaux. (...) Pour Iqbal, le but principal du Coran est «d'éveiller en l'homme une conscience plus haute de ses multiples relations avec Dieu et l'univers.»] Il confirme l'homme dans le rôle qu'il doit jouer, «celui de coopérer avec Dieu afin d'aider l'humanité en marche». Ce programme trouvera des échos dans la jeunesse musulmane pour qui «Iqbal est venu parmi elle comme un messie ressuscitant les morts.» (6)

«Se voulant profondément ancré dans la révélation coranique, écrit Marie-Odile Delacour, Iqbal a dépassé toute crispation identitaire, «a brisé toutes les idoles de la tribu et de la caste», pour s'adresser à tous les humains. Iqbal revisite la responsabilité de l'homme vis-à-vis de Dieu, place l'individu au coeur de l'action, met l'accent sur sa liberté de choix, en (...) s'opposant au fatalisme qui efface la responsabilité de chacun face à Dieu, inscrite dans le Coran. Cette question du libre arbitre, qui a entraîné la création de nombreuses écoles en Islam, est pour Iqbal comme un pari fait par Dieu sur la liberté de l'ego. S'il y a justice divine, dit Iqbal, c'est que l'homme a la liberté de choix. Iqbal, fervent disciple en cela du grand Rûmî, est adepte de la «consumation» plutôt que de ce mal du XXIe siècle qu'est devenue la «consommation». Se consumer, pour Iqbal, c'est être, et non pas avoir, c'est aimer au point de connaître cette brûlure qui, pour Rûmî, est «tout, plus précieuse que l'empire du monde, car elle appelle Dieu secrètement dans la nuit». (7)

«Dans son ouvrage intitulé La Reconstruction de la pensée religieuse en Islam écrit Marie Odile Delacour, Mohamed Iqbal invitait dès avant la Seconde Guerre mondiale les musulmans du monde entier à «repenser le système de l'Islam tout entier sans rompre avec le passé». (...) Dans cette perspective, l'Islam est vu comme un atelier de transformation de l'être humain, grâce à sa capacité créatrice, vers l'insan al-kamil, l'homme accompli. (...) Dans le Livre de l'Éternité (1932), de Muhammad Iqbal, le poète narrateur est guidé vers différentes rencontres, en des lieux symboliques, les planètes du cosmos, par son maître Rûmî. (...) «Il n'y a pas de limite aux progrès de l'homme. Par le pouvoir de son désir et la pureté de ses efforts, de nombreux univers peuvent être révélés à l'homme, mais aussi créés par lui», écrit Iqbal. Et encore: «L'effort est la vie; l'absence d'effort, la mort...... Plonge-toi dans la mer, lutte avec les vagues, car l'immortalité est le prix d'un combat.» (8)

«Je vais commencer mon propos, déclare Souleyman Bachir Diagne professeur à Coulombia, en parlant du Djâvid-Nâma, traduit par Eva de Vitray sous le titre Le livre de l'éternité. On a dit de ce livre qu'il constitue en quelque sorte La Divine Comédie de l'Islam. Une comparaison tout à fait intéressante, parce que La Divine Comédie est une forme de reprise, par Dante, d'un type littéraire qui doit énormément au Mi'raj islamique, c'est-à-dire au récit de l'ascension nocturne du Prophète de l'Islam qui est, comme vous le savez, au coeur de la spiritualité musulmane. Ce Mi'raj, récit de l'ascension spirituelle du Prophète Mohammed (PSL), fait pour ainsi dire, pendant, est le symétrique de la révélation coranique, les deux grands moments dans sa vie spirituelle, dans ses rencontres avec le divin sont cela: le premier moment de la descente verticale du Coran dans son coeur, lorsque isolé dans la caverne de Hira, pendant le mois de Ramadan, il reçoit la visite de l'ange qui lui apporte la parole de Dieu, ça c'est le dogme central pour les musulmans. Et l'autre moment est, cette fois-ci, le moment où c'est lui qui rend, pour ainsi dire, la politesse à son Seigneur et va lui rendre visite, sous la conduite du même ange Gabriel qui lui avait porté le Coran. Ce récit du Livre de l'Éternité reproduit exactement la structure du Mi'raj. Dans le cas de M.Iqbal, dans le Livre de l'éternité, Rûmi est son guide. (...) La tradition nous enseigne qu'il dormait sur le parvis de la Ka'aba lorsque l'ange Gabriel est venu le trouver, l'a réveillé et l'a conduit à travers cieux sur un cheval ailé. (...) Les péripéties sont connues. Il y a d'abord un voyage horizontal de La Mecque à Jérusalem. C'est une manière de relier les deux centres du monde, les deux centres spirituels, ces lieux de trouée vers la verticalité divine, avant donc qu'il ne commence l'ascension verticale vers Dieu, à travers les différents cieux. (...)» (9)

«La prière, poursuit le professeur Diagne, c'est que le résultat obtenu par le Prophète, après cette ascension, a été de se voir confier par Dieu la mission de nous indiquer, à nous êtres humains, comment reproduire cette expérience prophétique de l'ascension. La prière qui lui a été enseignée et qu'il a été chargé de nous enseigner à nous, était la clé pour qu'un être humain lambda, vous et moi, puissions participer de l'expérience spirituelle qu'avait constituée cette ascension. Évidemment le prix à payer pour un trésor de cette nature pouvait être infini. (...) Voilà la signification fondamentale. Avoir l'équivalent du Mi'raj, autant que nous le pouvons, en faisant simplement ces cinq prières. Voilà autour de quoi s'organise la réflexion d'Eva de V. dans son dernier ouvrage, profondément nourrie, bien qu'elle ne cite M. Iqbal qu'à deux reprises, de la réflexion qu'Iqbal. (...) Voici la première citation: «Il ne faut pourtant pas ignorer - c'est donc Iqbal qui parle - que la posture du corps est un facteur qui sert réellement à déterminer l'attitude de l'esprit» (...) Il y a d'abord évidemment la notion d'égalité dans la prière et cette notion d'égalité dans la prière - d'ailleurs le passage qu'elle cite dans la Reconstruction dit que l'importance de la prière se ressent lorsque le Brahmane et l'Intouchable prient épaule contre épaule. (...) Ce qui intéresse le plus M. Iqbal dans le Mi'raj, c'est lorsque le prophète Mohammed (PSL) s'est trouvé en présence du Divin lui-même, le Coran nous dit «Son regard n'a pas dévié. Il ne s'est pas évanoui. Il n'a même pas scillé». Il a été en présence de Dieu, un individu s'affirmant dans cette présence de Dieu. Dans la prière dont j'ai parlé tout à l'heure en disant qu'elle était une manière de récapituler, pour nous êtres humains, toute la signification du Mi'raj et que lorsque nous accomplissons la prière, c'est comme si nous reparticipions de ce Mi'raj. (..) »(9)



Désagrégation des repères : l'homme produit marchand otage du néo-libéralisme

«De nos jours, écrit Eric Geoffroy, l'absence de sens, le nihilisme atteignent l'Occident comme l'Orient, en manifestant des symptômes contradictoires, mais solidaires. En Occident, ils ont produit de l'errance morale; en Orient, le complexe de l'humilié et la culture du ressentiment. Dans les deux cas, le ciel de la spiritualité a été refermé. (...) Dans ce contexte de désagrégation des repères comment maintenir un espace intérieur non altéré? Il semble que seule la spiritualité puisse vivifier l'enseignement islamique, selon lequel la sacralité réside, non pas dans un temple, mais en l'homme. Le cosmos lui-même n'a pas la capacité d'accueillir la Présence comme peut le faire l'homme (...) Plus que jamais, avec la mondialisation, la Terre entière devient une «mosquée pure» - comme l'indiquait le Prophète - en dépit de sa pollution matérielle.(10)

La civilisation de l'éphémère Le XXe siècle né dans l'enthousiasme et salué comme l'aube d'un nouvel âge d'or s'est achevé dans le désabusement convaincu d'avoir apporté le crime et la misère aux trois quarts de la planète, ainsi que le désespoir aux générations futures. Les sociétés occidentales sont minées de l'intérieur, par des contradictions insurmontables, une absence complète de repères. L'Occident malade de la croissance, mortellement atteint pour avoir fait de l'homme un agent géologique qui ne cesse d'accélérer le désordre est contagieux. Les sociétés musulmanes devant le vide sidéral proposé par leurs gouvernants se jettent à corps perdu dans cette civilisation de l'éphémère. Comment conjurer ce signe indien? Nous avons plus que jamais besoin de transcendance pour sauver le monde, nous avons besoin de repères, nous avons besoin de vivre en harmonie envers nous même, envers les autres.

1. Chems E. Chitour Le soufisme en Islam: Un chemin vers Dieu L'Expression 11 Aout 2011


2. Dr Nurbakhsh http://www.journalsoufi. com/soufisme 26.07.2001


3. C.E. Chitour Le soufisme dans l'Islam:Le dikr pour purifier l'âme L'Expression 17 janvier 2009.

4. Textes de René Guénon: Shaykh Abd el Wahîd Yahia Notes: Le Voile d'Isis, 03 193.p. 145


5. Eva de Vitray Meyerovitch: Encyclopédie Wikipédia


6. Mohamed Iqbal: Encyclopédie Wikipédia


7. Marie-Odile Delacour http://www.saphirnews.com/Muhammad-Iqbal-l-islam-en-mouvement_a13660.html 26 Décembre 2011


8. Marie-Odile Delacour http://www.saphirnews.com/Eva-de-Vitray-Meyerovitch-lectrice-de-Muhammad-Iqbal-l-islam-en-mouvement_a14393.html Lundi 30 Avril 2012


9. Souleylman Bachir Diagne: «Eva de Vitray lectrice d'Iqbal: l'idéal et la sociologie» http://www.saphirnews.com

10. Éric Geoffroy http://www.saphirnews. com/Spiritualite-et-mondialisation_a10969.html

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

Repost 0