Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 15:07

 

«Même si je devais savoir que la fin du monde est pour demain, aujourd’hui encore je planterais un arbre»

Martin Luther

 

         Selon les dires de plusieurs oracles, la fin du monde serait prévue pour le 21 Décembre 2012! L’un des plus anciens calendriers de l’histoire tire à sa fin. Le 21 Décembre 2012, selon leurs traditions, les Mayas indiquent un changement radical et global à l’échelle mondiale. Au solstice de l’hiver 2012, ils confirment sans équivoque la fin du monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. Le terme «la fin du monde» peut prendre plusieurs significations: Apocalypsos ne signifie nullement destruction mais révélations en grec. L’Apocalypse est le dernier livre de la Bible. C’est une révélation sur la fin du monde. Les prophétie de fin du monde ont été annoncées selon l’Encyclopédie Wikipédia avec les occurrences suivantes: Résultats pour Fin du Monde: - 18.400.000 pages en français- Résultats pour End of the World: - 784.000.000 pages en anglais (et français).

 

   Pour la période récente -depuis 1975- 35 fois! A quand la prochaine du Monde? Pour les Mayas en 2012 se terminerait leur calendrier et avec lui, les êtres vivants. Pourtant, il semble au contraire que le calendrier se base sur un système de cycles, après chaque cycle un autre recommence. Le calendrier maya est basé sur le passage de la planète sur l’assiette magnétique de la galaxie, quand elle se trouve exactement dans l’axe du noyau galactique. Ophiuchus est le nom de la constellation sise au-dessus du Scorpion et du Sagittaire et le Soleil s’alignera sur le centre galactique représenté par un trou dans le ciel mille fois représenté par les Mayas...La galaxie n’est pas maintenue en forme d’assiette par de petites brises printanières. Et visuellement...si la terre tournait sur elle-même en touchant cette «assiette magnétique»...on pourrait alors croire que «les étoiles tombent du ciel» comme dit dans les prophéties apocalyptiques.

Des images fortes 

 

La thèse de la fin du monde a été reprise par le scénario du film à succès « 2012 ». Interviewé, le réalisateur du film 2012 s’explique: «Quand je fais un film, j’ai toujours quelques images fortes dans la tête. Pour 2012, je voyais une inondation monstrueuse engloutissant l’Himalaya, le toit du Monde, ce qui me semblait bien symboliser l’Apocalypse. Je voyais aussi un avion de tourisme survoler un fossé apparaissant au coeur de Los Angeles. Il fallait qu’on puisse comprendre, en un plan, qu’un pays entier, voire un continent, venait de disparaître. Il était aussi important de dévaster des lieux de culte pour montrer que la prière ne sauvera pas l’humanité. On a eu grand plaisir à détruire le Vatican en un petit clin d’oeil à «Anges et démons». Nous avons d’ailleurs fait appel à la même compagnie d’effets spéciaux que Ron Howard parce qu’ils avaient déjà construit les bâtiments. La seule chose que nous n’avons pas osé faire, c’est de détruire La Mecque, de peur de nous prendre une fatwa sur la tête. Je suis toujours partant pour détruire un maximum de symboles religieux parce que cela correspond à ce que je pense des religions organisées. J’estime qu’elles ne sont pas bonnes pour le monde et qu’il est temps de dépasser ces croyances rétrogrades qui causent tant de morts inutiles. J’ai du mal à comprendre le processus intellectuel du fanatisme religieux. C’est l’une des choses qui me fait le plus peur au monde car ce phénomène semble empirer d’année en année de façon incontrôlable.(1)

 

      Peut-on croire que la fin du Monde est déjà arrivée? Les seuls récits que nous avons sont des écrits historico-religieux basés sur la corruption du genre humain. Le 3 décembre 1872, George Smith, spécialiste en assyriologie au British Museum, déchiffre devant la Société d’archéologie biblique de Londres le texte figurant sur une tablette d’argile originaire de...Ourouk en Irak. Cette tablette remonte aux environs du XVe siècle avant-J.-C. Elle est écrite en caractères cunéiformes, la plus ancienne écriture connue, et raconte rien moins que le Déluge! Plus vieux que la Bible! Les similitudes avec le texte biblique sont frappantes. Il y est question d’un homme, Utanapishtim. Il est informé par le dieu de la Sagesse que l’assemblée des divinités a décidé de détruire l’humanité. Et le dieu de donner ce conseil à Utanapishtim: «Démolis ta maison pour te faire un bateau! Renonce à tes richesses pour sauver ta vie! Détourne-toi de tes biens pour te garder sain et sauf! Mais embarque avec toi des spécimens de tous les animaux.» Pendant six jours et six nuits les vents soufflèrent, le torrent, la tempête et l’inondation accablèrent le monde, la tempête et l’inondation firent rage ensemble comme des armées en bataille.(2)

 

      «Quand l’aube du septième jour se leva, l’orage qui venait du sud s’apaisa, la mer devint calme, l’inondation était apaisée; je regardai la face du monde, et c’était le silence, toute l’humanité était changée en argile. La surface de la mer s’étendait aussi plate que le sommet d’un toit; j’ouvris une écoutille et la lumière tomba sur mon visage. Alors, je m’inclinai profondément, je m’assis et pleurai; les larmes ruisselaient sur mon visage car de tous les côtés c’était le désert de l’eau.» Et après le déluge, ce très beau moment: Puis je lâchai un corbeau. Le corbeau prit son vol. Lorsqu’il vit les eaux se retirer. Ayant trouvé de la nourriture, il se posa et ne revint plus. Alors, je lâchai. Tout ce que le bateau contenait, aux quatre vents. On verra que dans la Bible, la colombe revient avec dans son bec un rameau d’olivier. Le vaisseau échoue sur une montagne appelée Ourartou dans le récit sumérien, Ararat dans la Bible, Le Joudi dans le Coran.(2)

 

Le cataclysme est présenté chaque fois comme un châtiment mérité par les hommes et qui permet à l’humanité de devenir meilleure. La tablette du déluge est la onzième d’un lot de douze tablettes en écriture cunéiforme qui racontent l’épopée mythique d’un roi, Gilgamesh. Celui-ci aurait régné vers 2600 avant J.-C. sur la cité d’Ourouk. Gilgamesh s’interroge sur la précarité des régimes politiques et sur la recette qui pourrait leur donner l’immortalité. Il prend la route en direction de la porte d’où le soleil se lève pour demander conseil à son aïeul Uta-Napishtim. Après lui avoir raconté l’histoire du déluge auquel il a échappé, Uta-Napishtim indique à Gilgamesh l’endroit où il trouvera la plante de vie. C’est à son retour que la ville d’Uruk s’entourera d’un rempart, gigantesque pour l’époque, qu’elle développera tout un réseau d’irrigation et qu’elle connaîtra une période de prospérité dont l’archéologie témoigne.(2)

 

Au total, 13 récits du Déluge sont arrivés jusqu’à nous. Il existe dans le monde de nombreux récits de déluge, par exemple chez les Incas, en Amérique du Sud, chez les Delawares, Indiens de l’est de l’Amérique du Nord. Dans la tradition grecque, parce que Jupiter considérait les hommes comme des criminels et qu’il avait été menacé de mort par l’un d’entre eux, il décida d’anéantir l’humanité. Plusieurs mythes indiens relatent les mêmes faits. Origines sumériennes. Dans cette version, Noé se nomme Ziousoudra. L’homme est devenu orgueilleux et pense qu’il est l’égal des dieux. Dans la mythologie égyptienne, ne craignant pas de tuer des hommes, la déesse Sekhmet se livre à un effroyable carnage et boit le sang de ses victimes. Les dieux s’inquiètent de la fin proche de l’humanité. Pour sauver ce qui peut encore l’être, ils inondent un champ d’un liquide rouge sang. Attiré par ce liquide, Sekhmet le boit jusqu’à la dernière goutte et s’effondre «saoulée» par cette boisson. Lorsqu’elle se réveille de son coma éthylique, l’humanité est sauvée et les hommes ont compris une leçon: ne jamais négliger les dieux. C’est son orgueil qui le mène à une quasi-destruction. Il existe quatre versions principales du Déluge selon la mythologie chinoise.

          Le plus ancien récit que nous avons est «L’an 600 de la vie de Noé, au second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là, toutes les fontaines du grand abîme se rompirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent. Et le déluge fut sur la terre 40 jours, et toutes les montagnes qui étaient sous tous les cieux furent couvertes.» (Genèse 7 versets 11, 17 et19) (...) Nous avons de cet événement deux enseignements bien utiles à tirer. Tout d’abord, le fait que le monde de ce temps-là ait été détruit par un déluge universel, à cause de la méchanceté et de la violence des hommes, nous fait réfléchir sérieusement sur le danger qui plane maintenant au-dessus du monde actuel.

       S’agit-il là de faits authentiques? Voici ce qu’à dit un scientifique, Monsieur Hapgoog: «L’une des grandes destructions de vie se produisit à la fin de la dernière période glaciaire. D’après la datation des carottes prélevées au fond de la mer de Ross, la dernière période glaciaire ne commença qu’il y a 6000 ans. Des bouleversements gigantesques ont enfoui des fossiles bien au-dessous de matériaux terrestres énormément plus vieux qu’eux. Il y a des signes indiquant que de grandes étendues de la Terre furent inondées en quelques temps.»(Revue Newsweek, 23 décembre 1963).

 

        restes d’animaux. Le caractère instantané de cette catastrophe universelle, nous est révélé par l’état des restes des animaux retrouvés dans la région arctique, où des millions de bêtes ont été, à une époque géologique assez récente, tuées subitement et instantanément congelées dans la boue et la glace du sous-sol arctique. On dirait que des troupes d’animaux qui paissaient ou chassaient ont été subitement soulevées par un énorme raz-de-marée et déposées sur des bandes de terre le long du nord du Canada, de l’Alaska et de la Sibérie. Elles sont toujours là par millions, sous forme de tas d’ossements de chair et de fourrure. Souvent il s’agit d’espèces qui, normalement, ne vivaient pas ensemble. La façon dont ils ont été ensevelis, laisse supposer qu’ils sont tous morts en même temps, et qu’ensuite ils ont été transportés pêle-mêle par des forces très grandes.


    Le docteur Frank Hibbon, professeur d’archéologie au Nouveau-Mexique, a visité cette région au cours d’une expédition ayant pour but l’étude des mammouths de l’Alaska. Il a observé à propos de la confusion des restes gelés de chevaux, de bisons, de tigres dents-de-sabre, de lions, de cerfs, d’ours et de mammouths: «Nous trouvons aussi parmi la boue d’Alaska, des preuves de bouleversements atmosphériques d’une violence extraordinaire! Les mammouths et les bisons étaient également déchiquetés et tordus, comme par une main cosmique, sous l’effet d’une colère céleste. On dirait que, sous l’effet de quelque catastrophe, tout l’univers animal et végétal de l’Alaska a été soudainement congelé sur place, dans toutes les attitudes de la mort. Des pattes, des corps, des têtes, des fragments, ont été trouvés entassés ou dispersés, des animaux déchiquetés ont été projetés à travers la campagne, bien qu’ils eussent peut-être pesé plusieurs tonnes.»
Le caractère universel d’un désastre préhistorique et la disparition apparemment inexplicable d’espèces entières, ont été commentés par Charles Darwin, Il écrivait: «L’esprit ne peut s’empêcher de croire à quelque grande catastrophe. Mais pour détruire ainsi des animaux grands et petits, en Patagonie du Sud, au Brésil, sur la Cordillère du Pérou, en Amérique du Nord jusqu’au détroit de Béring, il a fallu que toute la base du globe terrestre soit secouée.» Ces indices sont exactement ceux qu’on s’attendrait à trouver, après la chute d’une immense voûte de vapeur d’eau. Les régions polaires furent brusquement plongées dans un état de gel intense, les animaux qui se trouvaient dans cette région ou tout près, périrent gelés sur place. (...) S’il y a eu un déluge universel, on peut s’attendre à ce que le souvenir d’une telle catastrophe se soit longtemps conservé parmi les hommes. (3)


Le déluge

 

    Qu’est-il arrivé avec cette arche dont la Bible nous raconte qu’elle fut construite par Noé sous les instructions de Dieu pour échapper à la destruction? Un alpiniste, Fernand Navarra, à force de persévérance et de courage, a vu ses efforts récompensés. Il dut s’y prendre à 3 reprises (1952, 1953, et 1955) avant de découvrir finalement, en creusant dans la neige très haut dans la montagne en 1955, des morceaux de poutres en bois sculpté. Un test de contrôle au carbone 14 et plusieurs analyses scientifiques dans différents laboratoires européens, le data de 4000 à 5000 ans, précisément à l’époque du Déluge selon la science et selon la Bible. L’arche mesurait 300 coudées de long, 50 de large et 30 de haut. L’arche offrait donc un volume d’environ 40.000 m3...Dieu dit à Noé: «Tu feras à l’arche un tsohar [toit ou fenêtre]. (Genèse 6 verset 16)». Toutefois, d’autres rapprochent tsohar d’une racine arabe ultérieure signifiant dos (de la main) «, dos (d’un animal)», «pont (d’un bateau)», c’est-à-dire la partie en retrait du sol ou de l’eau; (3)

 

     Les chapitres 6, 7, 8 de la Genèse, dans la Bible, contiennent l’histoire du Déluge. Dieu veut supprimer le mal qui a envahi la Terre et décide d’anéantir l’humanité corrompue. Un seul homme mérite d’être sauvé: Noé. Dieu s’adresse à lui et lui ordonne de construire une arche pour y abriter les siens et un couple d’animaux de chaque espèce. Le récit biblique dit: «Il y eut le Déluge pendant 40 jours sur la Terre. Les eaux montèrent de plus en plus sur la Terre et toutes les plus hautes montagnes qui sont sous tout le ciel furent couvertes. Les eaux montèrent quinze coudées plus haut, recouvrant les montagnes. Alors périt toute chair qui se meut sur Terre: oiseaux, bestiaux......et tous les hommes. La crue des eaux sur la terre dura 150 jours.» Quand les eaux baissèrent, Noé et les siens furent déposés sur le Mont Ararat, à partir duquel ils repeuplèrent la Terre. On est tenté de croire que le déluge symbolise dans cette histoire le passage d’un monde ancien décadent à un monde purifié par les eaux divines. Le nouveau royaume appartient désormais aux fidèles de Dieu. «Et l’Eternel dit: J’exterminerai de la face de la terre l’homme que J’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel car Je me repens de les avoir faits.» Genèse 6:7 

 

     Dans le Coran, dernier Livre révélé, le Déluge est dans ses grandes lignes décrit comme dans la Bible. Il apparaît dans plusieurs sourates: Sourate 71, de Nouh (Noé), sourate 29. Al-Ankabut, L’araignée, sourate 26. As-Shuaraa, sourate 11 de Hud, sourate 17 Al-Isra. Dans la sourate 29. Al-Ankabut, (L’araignée). On lit verset 14. Et en effet, «Nous avons envoyé Noé vers son peuple. Il demeura parmi eux mille ans moins cinquante années. Puis le déluge les emporta alors qu’ils étaient injustes». Verset15. «Puis Nous les sauvâmes, lui et les gens de l’arche; et Nous en fîmes un avertissement pour l’univers». L’eau baissa, l’ordre fut exécuté, et l’arche s’installa sur le Joudi [...] 48. Il fut dit: «Noé, débarque avec Notre sécurité et Nos bénédictions sur toi et sur des communautés [issues] de ceux qui sont avec toi. Et il y (en) aura des communautés auxquelles Nous accorderons une jouissance temporaire; puis un châtiment douloureux venant de Nous les touchera.» Pour la science, les datations au carbone font remonter une partie du cataclysme à au moins 7500 ans. Ce qui signifie que la tradition orale dut conserver ces événements pendant au moins 2500 ans. Comment? Le mystère reste entier.

 

   Face aux rumeurs selon lesquelles le calendrier maya annoncerait la fin du monde pour le 21 décembre 2012, relayées par le film catastrophe 2012, la Nasa a mis en ligne un «questions-réponses» démontant point par point cette «théorie». Face à la crainte d’une fin du monde au 21 décembre 2012, annoncée par le calendrier maya et récemment relayée par un film à gros budget, la Nasa a mis en ligne le mercredi 11 novembre, un argumentaire destiné à combattre ces rumeurs. Cette page «2012» consiste en un simple «Questions-Réponses» démentant les principaux fantasmes circulant, notamment, sur Internet et médiatisés par le film catastrophe du réalisateur Roland Emmerich «2012». «Mise à part dans un film aux impressionnants effets spéciaux, le 21 décembre 2012, ne sera pas la fin du monde tel que nous le connaissons», écrit en introduction l’agence spatiale américaine. A la première question, «y a-t-il des menaces pour la Terre en 2012?», la Nasa est catégorique: «Rien de mauvais n’arrivera à la Terre en 2012. Notre planète s’en est bien sortie pendant plus de 4 milliards d’années, et des scientifiques crédibles du monde entier ne voient aucune menace liée à 2012».(4)

 

       L’agence s’attaque également à l’origine même de la rumeur, qui viendrait d’une prédiction du calendrier maya. L’histoire a commencé avec l’affirmation que Nibiru, une supposée planète découverte par les Sumériens, se dirigeait vers la Terre. Cette catastrophe a été initialement prédite pour mai 2003, mais comme rien n’est arrivé le jour du jugement dernier, la date a été repoussée à décembre 2012. Puis, ces deux fables ont été reliées à la fin d’un des cycles de l’ancien calendrier maya, au solstice d’hiver 2012. La Nasa bat en brèche d’autres «informations», notamment celle selon laquelle le calendrier maya s’arrêterait à décembre 2012. «Tout comme le calendrier que vous avez sur le mur de votre cuisine ne cesse pas d’exister après le 31 décembre, le calendrier maya ne cesse pas d’exister au 21 décembre 2012. Cette date est la fin de la longue période maya mais alors -tout comme votre calendrier redémarre au 1er janvier - une autre longue période démarre pour le calendrier Maya». L’agence spatiale répond ainsi aux principales craintes et propose d’autres pages plus spécifiques sur la fameuse planète «Niribu» ou encore sur la question de l’alignement des planètes. (4)

 

   La science peut servir l’humanité par une utilisation raisonnée et éthique. Elle peut aussi la détruire avec tout les Frankeinstein pour qui seule compte la finalité dans un monde où le profit est régi en dogme. Money-théisme contre monothéisme telle est l’équation à résoudre
Que doit-on en conclure? Des mythologies aussi éloignées géographiquement que celles de la Grèce et du Japon comportent des similitudes. Pourquoi? Dans toutes les cultures, quatre grandes questions sont posées et les mythes tentent de répondre aux interrogations des hommes: la création du monde, la cosmogonie, la description du monde, des étoiles, du ciel et des Enfers, les origines de l’humanité, la fin du monde et surtout celle de l’humanité. Comment des cultures ont-elles pu posséder des mythes aussi ressemblants. Il serait tentant de penser qu’un savoir universel réside dans la mémoire de l’humanité, savoir qui nous viendrait d’un lointain héritage. Ourouk, en Mésopotamie, l’actuel Irak, est sans conteste le berceau de la civilisation humaine. La destruction de l’Irak est peut être le signe annonciateur du nouveau déluge dans le sens de l’anéantissement progressif de l’humanité annoncé par les textes. Les hommes ont rompu l’Alliance. Jésus-Christ parle de «générations perverses» qui ont rompu la Loi de Dieu.


     La fin du Monde sera-t-elle brutale ou est- ce un long délitement des «valeurs qui font la dignité humaine?» Retournez dans tous les sens, la jungle du capitalisme, de la dictature du marché et du rouleau compresseur de la mondialisation, vous ne trouverez pas les valeurs d’aide, de compassion, du secours de l’autre. La rédaction de cet article a vu, sur les bases des statistiques de la FAO, 4000 enfants passer de vie à trépas! En fait, la fin du monde a déjà commencé pour les populations vulnérables. «Un livre, écrit Jonathan Parienté, a attiré mon attention. 2012. Scénarios pour une fin du monde de Didier Jamet et Fabrice Mottez, pose d’emblée une question primordiale dans ce "débat": d’un point de vue scientifique, qu’est-ce que la fin du monde?. ´´Pour un scientifique, l’expression est trop vague. S’agit-il de la destruction d’une grande ville? De la fin d’une civilisation? De toutes les civilisations? De l’anéantissement de l’espèce humaine? D’une extinction massive? De la fin de toute forme de vie sur Terre, bactéries incluses? S’agirait-il d’une fragmentation de la Terre en mille morceaux? Ou même de la destruction de la galaxie...voire de l’Univers?» Les auteurs ont établi une «hiérarchie de la fin du monde»; et ont traité toutes ces fins possibles en trois grands chapitres: la fin de l’homme, la fin de la vie sur Terre et plus grave encore, la fin de toute possibilité de vie dans l’Univers. (...) S’ensuit un genre de catalogue des dangers qui menacent. Chacun d’entre eux est expliqué assez clairement. Surtout, Jamet et Mottez prennent le temps pour de nécessaires digressions afin que le lecteur comprenne ce qui suit. Quelques passages sont tout de même un peu ardus pour les non-initiés...Après la lecture de ce livre, conclut Jonathan Parienthé, on ne sait ni quand, ni comment finira l’homme/la vie/l’univers. Ce n’est pas bien grave parce qu’on ne sera sans doute plus là pour en profiter. Mais on en a appris beaucoup sur l’effet de serre, le volcanisme, les comètes, les astéroïdes, les grandes extinctions ou la mort thermique de l’Univers. Une mine d’or.(5)

 

       A côté des prophéties annonciatrices de la fin du Monde, notamment celles de Nostradamus, dans les religions révélées, on parle justement de signes annonciateurs. On sait que dans la Bible, à côté du Déluge, chaque fois qu’une société devient perverse, Dieu la punit. C’est le cas par exemple de Sodome et Gomhorrhe. Dans le Coran, on parle de l’Heure: «Assa’a».On distingue différents signes annonciateurs de la fin du monde. Les signes éloignés: il s’agit dans ce cas des évènements qui se sont produits depuis longtemps déjà. La bataille de «Siffîn» qui a eu lieu au mois de Safar de l’an 37 de l’Hégire entre l’armée de Ali et celle de Mouâwiyyah D’après les commentateurs de Hadith comme Ibné Hadjr et Allâmah Qoustoulâni, un Hadith du Sahih Boukhâri en fait allusion. Le Prophète Mouhammad (sws) disait: «L’Heure ne viendra pas tant que deux groupes importants ne se soient pas livrés bataille. Il y aura entre eux une guerre terrible; cependant ils se réclameront d’une même cause.» (Boukhâri) Le Prophète Mouhammad (sws) dit en ce sens que, viendra un temps où la condition de celui qui voudra rester ferme sur sa religion sera comparable à celle d’un homme qui tient une braise dans la paume de sa main (Tirmidhi).

           Le Prophète Mouhammad (sws) dit encore: «Parmi les signes de l’Heure:...on accusera l’honnête de trahison et on fera confiance aux traîtres.» (Ahamd, Bazzâr, Tabrâni). «A la Fin des Temps, il y aura des dévots ignorants et des connaisseurs pervers.» (Abou Nou’aym) «Quand vos savants apprendront en vue de gagner Dinârs et Dihrams...» (Daylami) «L’Heure n’aura pas lieu tant que le temps ne se sera pas contracté, au point que l’année passera comme un mois, le mois comme une semaine, la semaine comme un jour, le jour comme une heure; et l’heure s’écoulera aussi vite qu’un tison enflammé.» (Tirmidhi)


1.Monsieur catastrophe: Roland Emmerich. Propos recueillis par Caroline Vié pour Evene.fr Novembre 2009

 

2.C.E.Chitour: Le déluge entre mythologie et religions révélées. Un défi pour la science L’Expression 04 Octobre 2007

 

3.Le déluge . stefsuralter@free.fr. Mardi 29 Avril 2008

 

4.Jérôme Hourdeaux: La Nasa obligée de démentir la fin du monde. Nouvelobs.com 12.11.2009.

 

5. Jonathan Parienté: Comment pourrait finir le monde? agoravox 23 novembre 2009

Pr Chems Eddine CHITOUR

 

Ecole Polytechnique Alger enp-edu.dz

Partager cet article

Repost 0

commentaires