Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 10:34

«Tous ceux qui se croient français se trompent.»

Coluche

Un scoop! Marine Le Pen profite du Mondial pour revenir sur la double nationalité. Lors du Grand Rendez-vous (Europe 1, iTélé, Le Monde) la présidente du Front national, Marine Le Pen, a déclaré, dimanche 29 juin, qu'«il faut maintenant mettre fin à la double nationalité» et «arrêter l'immigration». Elle s'exprimait en réaction aux incidents qui ont suivi la qualification de l'Algérie pour les huitièmes de finale dans la nuit de jeudi à vendredi. Le journal Le Point, a réalisé un sondage qui montre que 85% des Français sondés sont pour la déchéance.

Eric Zemmour, invité de l'émission «Ça se dispute» estime que les supporters français ne devraient pas soutenir cette équipe. Eric Zemmour partage le même point de vue que Marine Le Pen: Français ou Algérien, il faut choisir sa nationalité. Le chroniqueur de Ça se dispute partage les idées de la présidente du Front national. Comme elle, il a demandé aux supporters de foot franco-algériens de choisir leur patrie.

Pourtant, Eric Zemmour est aussi d'une certaine façon un émigré de la deuxième génération, rapatrié en 1961 d'Algérie, ancien indigène avant 1873 et le décret Crémieux qui a fait de lui- le juif berbère comme il le dit- un citoyen du premier collège. Eric Zemmour s'est fait un nom en tirant sur tout ce qui bouge du côté des faibles - les immigrés même de la dixième génération. Il s'obstine à se faire passer pour un plus que Français en rajoutant en étant plus raciste que les Français eux-mêmes.

Cela nous rappelle étrangement aussi le discours sécuritaire de Grenoble du président Sarkozy en août 2010. Pour la première fois, il est fait appel à la notion de déchéance de la nationalité, non pas à des Français, d'une façon indifférenciée, mais pour certaines catégories de Français d'origine immigrés. Cette distinction ouvre le débat sur la notion d'identité française acquise d'une façon provisoire ou définitive. Il est vrai que cette dichotomie du refus de ces éléments allogènes au corps social a toujours existé sous les différents gouvernements. N'est-ce pas en effet, le général de Gaulle qui s'écriait: «(...) Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. N'est-ce pas aussi le président Mitterrand qui parlait du seuil de tolérance? Pendant que Jean-Pierre Chevènement traite les jeunes beurs de sauvageons comme aux plus belles heures du langage zoologique dont parle si bien Frantz Fanon. Avec cette proposition de retrait de nationalité, le chef de l'Etat ne fait que reprendre une idée évoquée dans le programme de 2007 du Front national.

Pour rappel, selon l'article 1er de la Constitution française «La République assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion». Du point de vue du droit, pour Le professeur Guy Carcassonne constitutionaliste , toute déchéance qui laisserait un individu apatride ou qui serait basée sur le mode d'acquisition de la nationalité serait inconstitutionnelle! M.Sarkozy s'attaque ainsi à deux principes juridiques considérés comme intangibles: le droit à la nationalité et le refus de toute distinction entre les Français «de souche» et ceux ayant acquis récemment la nationalité. Dans ce discours, une catégorie d'humains est supérieure aux autres. Celle des Français de souche par rapport aux étrangers devenus français le temps d'une NDD- Nationalité à Durée Déterminée- qui peut se transformer au bout d'un temps long en NDI,( Nationalité à Durée Indéterminée) si le citoyen du deuxième collège se tient à carreau avec toujours l'épée de Damoclès au-dessus de sa tête.»(1)


Ces «Fennecs» algériens au passeport français

Dans une contribution objective et remarquable Jacques-Marie Bourget a tenu à remettre les choses dans leur contexte s'agissant de la prestation des Fennecs et des conséquences» en France ces Beurs ballotés entre deux mondes la ptrie de leur père et celle où ils sont nés Il ppointe notamment le deux poids , deux mesures s’agissant des bi-nationaux et rappelle qu’il n’y a pas eu de tollé s’agissant d’autres allogènes qui ont fait les beaux jours de l’équipe de France. Ecoutons le :«(...) Je me souviens de joueurs de foot d'Amérique du Sud, comme Combin et Trézéguet, qui ont naguère porté le maillot coqué. Et personne n'y a trouvé malice. (...) Ces «Fennecs» algériens ont été à l'école communale et laïque, puis la majorité s'est perfectionnée au foot dans les Centres de formation des clubs professionnels français. Et c'est très bien puisque seul le jeu compte. Il a pour lui l'art improvisé, l'invention de l'immédiat, une création qui peut parfois venir de derrière les cerveaux, inimaginable. (...) Quand Kopa marquait pour les tricolores ou le Real, il arrivait dans les corons que des hommes aux visages dessinés à la poussière de charbon brandissent un étendard polonais. Ou Italien si l'auteur du coup au but était Piantoni...(...) les racines sont parfois tenaces, et personne ne vient jeter la pierre aux immigrés russes de Paris ou de Nice qui continuent, valises prêtes, à attendre le retour d'un tsar à Moscou.» (2)

Jacques-Marie Bourget rappelle aussi le traitement spécial d’une autre catégorie de Français : «Qui a protesté, lors des manifs organisées par le Crif, d'une subite floraison de drapeaux bleu et blanc floqués d'une étoile de David? Je me souviens, puisqu'on évoque des «débordements violents», qu'un commissaire de police parisien a été poignardé un jour de protestation en soutien à Israël par un délinquant qui a pris la fuite vers Tel-Aviv... Les seuls cris, hurlements et protestations, quand on mélange les passeports comme les cartes avant une belote, viennent de ceux qui détestent l'Algérie et, plus largement, les Arabes. Que des Français «pas de souche» se réjouissent de la victoire du pays de leur grand-père est incompréhensible pour un Finkielkraut. Comme il est le plus intelligent de la bande, vous imaginez, qu'à la vision d'un tel spectacle, le cerveau d'un Eric Zemmour ne peut que bouillir dans sa petite marmite crânienne.» (2)



Qu'est-ce qu'un Français de souche?

Le fond de commerce de constitué par la marque déposée : « Français de souche » de Marine Le Pen risque de fondre comme neige au soleil . En effet, on sait que l'un des marqueurs identitaires mis en avant pour discriminer entre les allogènes et les indigènes est l'expression «Français de souche» qui renvoie à une présence beaucoup plus ancienne sur le sol français «Cette expression postule qu'il existe 2 groupes de personnes. Le critère existe, c'est le clivage entre les Nous et les Eux résultant du sentiment d'appartenance: les Nous de souche et les Eux, les allogènes issus de l'immigration.

Nous empruntons à l'Encyclopédie Wikipédia la définition suivante: «Français de souche est une expression courante ou une catégorie statistique controversée désignant, dans son sens le plus communément admis, les personnes de nationalité française n'ayant pas d'ascendance étrangère immédiate et n'étant pas issues de l'immigration récente. Sa définition, en particulier le nombre de générations qu'il faut prendre en compte pour définir cette classe statistique, est variable suivant les études et les auteurs. (...) Le terme est également utilisé pour définir les Français n'ayant pas d'ascendance étrangère récente, par rapport aux personnes d'origine étrangère, issues de l'immigration ou ayant acquis récemment la nationalité française

Pour le géographe Hervé Le Bras, «La notion de «Français de souche» n'existe pas dans le droit français, qui prend en compte les concepts de citoyenneté, de nationalité française, de droit du sol et de droit du sang. Dans son texte «Les Français de souche existent-ils?» Hervé Le Bras souligne que «la politisation de la question de l'immigration a conduit le Front national à utiliser le terme pour opposer des Français de référence aux Français d'origine étrangère». (..) L'opinion du géographe Hervé Le Bras étant que les Français «descendent tous d'immigrants à un certain horizon temporel».(3)

On l’aura compris, cette expression Français de souche se veut exclusive et ne fait pas de place à une autre façon d'être français telle que Français par les services rendus, voire plus importants, s'agissant «Français par le sang versé». On ne naît pas Français, on le devient. Doit-on le devenir en se dépouillant de son moi originel en s'affranchissant des coutumes, des traditions familiales, voire des impératifs gastronomiques exogènes? Est-ce que mourir pour la France, c'est être Français par le sang versé ou faut-il encore une autre allégeance?

La part occultée de l'identité française: l'ascendance arabe de certaines régions

Ce petit rappel, là encore à Marine Le Pen sur les origines arabes musulmanes de Français de souche qui étaient là bien avant le XIXe siècle avec l'arrivée massive des Italiens, portugais et des pays de l'Est? Pour l´islamologue Sadek Sellam, contrairement à ce que l´on affirme, l´installation des Musulmans en France ne date pas du XXe siècle au contraire, elle serait séculaire: «La France avait une relation pluriséculaire avec l´Islam quand elle passa des rapports interétatiques à des contacts directs avec les musulmans. Ce passage eut juste après la mise en application de l´Alliance conclue entre François 1er et Soliman le Magnifique en 1535. En vertu de cet accord, une flotte venue d´Alger débarqua en 1543 à Toulon où des milliers de marins séjournèrent près d´un an pour dissuader les souverains chrétiens coalisés contre la France». Quand eurent lieu les expulsions des Morisques, ces musulmans restés en Espagne après la chute de Grenade en 1492, Henri IV autorisa l´accueil d´une partie d´entre eux. il laissa une partie de ces exilés riches et instruits s´établir en France où ils introduisirent la céramique et le ver à soie...Le nombre de Morisques restés en France est évalué entre 70.000 et 150.000. Certains sont restés visibles jusqu´à la Première Guerre mondiale. Ces anciens musulmans devinrent pour la plupart protestants et certains catholiques. Installés principalement dans le sud de la France. Ils prirent des noms qui rappellent leurs origines maures (Maurin, Morand...)» (4)

Pour conforter notre plaidoyer , nous donnons aussi la parole à trois auteurs qui témoignent de cela comme étant un fait établi et une richesse pour la France. Pour le géographe Elisée Reclus: «(...) Au midi de la France, ce sont d'autres «rois de la mer», et de race tout à fait étrangère, qui eurent la plus forte part au mélange du sang. Les Sarrasins gardèrent longtemps sur les côtes de la Provence, à la Garde-Freinet, un solide point d'appui et de là purent faire des incursions dans une partie de la France. Au VIIIe siècle, lors de l'invasion des Berbères dits Arabes, ceux-ci avaient pénétré jusque dans la vallée de la Loire: [...] En maints endroits de la France on signale des colonies de Sarrasins. Nombre de familles françaises dans les bassins de la Garonne et du Rhône ne soient issus des Arabes et les noirs d'Afrique.» (5)

Pour sa part, le docteur Gustave Le Bon parle de l'assimilation heureuse avec le temps: «Bien que le séjour des Arabes en France n'ait été constitué que par une série de courtes invasions, ils ont laissé des traces profondes de leur passage dans la langue, et [...] ils en ont laissé également dans le sang. L'ethnologie nous en fournit la preuve, en retrouvant, après tant de siècles, des descendants des Arabes sur plusieurs parties de notre sol. Dans le département de la Creuse, dans les Hautes-Alpes, et notamment dans plusieurs localités situées autour de Montmaure (montagne des Maures), dans le canton de Baignes de même que dans certains villages des Landes, du Roussillon, du Languedoc, du Béarn.» (6)

Enfin, l'historien Jules Michelet va plus loin: «L'élément sémitique, juif et arabe, était fort en Languedoc [au XIIe siècle]. Narbonne avait été longtemps la capitale des Sarrasins en France. Les Juifs étaient innombrables.(..). Ils formaient le lien entre les chrétiens et les mahométans, entre la France et l'Espagne. Les sciences, applicables aux besoins matériels, médecine et mathématiques, étaient l'étude commune aux hommes des trois religions. Montpellier était plus lié avec Salerne et Cordoue qu'avec Rome [...] Ces nobles du Midi étaient des gens d'esprit qui savaient bien la plupart que penser de leur noblesse. Il n'y en avait guère qui, en remontant un peu, ne rencontrassent dans leur généalogie quelque grand-mère sarrasine ou juive. Dans les romans carolingiens, les chevaliers chrétiens épousent sans scrupule leur belle libératrice, la fille du sultan.»(7)

Allogène européen contre allogène maghrébin musulman

Jacques Chirac, parlant de l'Algérie disait qu'un Français sur sept à des racines algériennes, c'est peut-être vrai. Si on compare objectivement les parcours d'un émigré dont les parents et arrière-grands-parents ont donné leur sang et leur sueur pour la grandeur de la France, ont maîtrisé la langue dissertée sur Voltaire avec un communautaire qui viendrait des Carpates d'un village reculé de Pologne ou de Hongrie, ou pire encore, ont eu des parents qui ont combattu la France. On est en droit de se demander finalement ce que c'est qu'être français et comment dans le même mouvement, un émigré de la cinquième génération - un paléo magrébin- reste toujours dans l'imaginaire de certains français un émigré, le marquage identitaire est là, il est indélébile.

Comment dans le même temps l'émigré européen cesse d'être étranger et d'être marqué indélébilement. L'identité religieuse - fond rocheux de la fille aînée de l'Eglise - qui, a bien des égards, berce d'une façon invisible la société française serait une explication. L'appartenance réelle ou supposée à la religion chrétienne lui donnerait un avantage décisif et ceci dans un pays laïc et où la République se tient, en théorie, équidistante des spiritualités

De plus il est connu que les problèmes de «promiscuité» ou plus savamment de vivre-ensemble, sont mis en veilleuse en période d'opulence. Ils ne font surface qu'en période de disette, mais aussi d'errance identitaire sous les coups de boutoir d'un néo libéralisme prédateur. Que reste-t-il alors au citoyen lambda comme dernier repère à qui il peut s'accrocher? Comme responsable de sa débâcle sociale ? Un lointain mythe gaulois, il se sent assiégé comme à Alésia il y a deux mille ans? Jeanne d'Arc? Les deux cent fromages et vins qui font la France? Et le refuge de la religion?. On va jusquà le terroriser en créant un nouveau concept : « Le grand chagement » qui postule qu’à terme, la France serait arabe !

A la fin du XIXe siècle , l’étranger montré du doigt c’était l’ Italien émigré et des massacres eurent lieu à Aigues Mortes Quel est alors actuellement l'empêcheur de ronronner en rond en se berçant de mythe? Celui qui mange le pain des Français comme le notait dans un sketch, l’immense Fernand Reynaud ? C'est ce pelé, ce galeux d'où viendraient tous les maux, le mélanoderme, l'Arabe et depuis une vingtaine d'années, le musulman que des médias diabolisent généreusement

En définitive, pour nous être français, c'est un état d'esprit fait de respect pour une histoire, une langue. Ceci dit, encore une fois le fond rocheux chrétien -laïcité ou pas- est une donnée que chaque nouveau arrivant se doit d'intégrer. Dans leur immense majorité, les émigrés veulent vivre avec dignité. Leur culture devrait être perçue comme une richesse par la France.

L’ennemi des Français de base de « souche », n’est pas le basané, le besogneux comme lui qui sue sans et eau pour rester en surface. Son véritable ennemi, c’est le néo-libéralisme prédateur, et la classe politque qui fait son beurre de la detresse des faibles. Les Français se trompent de combat. Ils tombent dans le panneau de la mondialisation laminoir qui leur fait injonction de s’occuper de leur identité comme l’a montré si bien le Rapport Lugano. Pendant ce temps là le Capital prospère. Business as usual !

L'utopique vocable "Français de souche" aura de moins en mois de pertinence dans le futur tant il est vrai que les brassages séculaires auront tendance à créer un melting pot. La provenance originelle a de moins en moins d'importance en regard de l'idée de nation dont , à juste titre, Ernest Renan disait qu’elle devrait être un "plébiscite de tous les jours"

Qui peut dire ce que sera la France en 2100? Peut-être que le péril sera jaune au lieu du vert fantasmé! Ne restera alors que l'humain avec sa valeur ajoutée et l'appartenance première ne sera plus un facteur décisif. Les positions acquises et les hasards de l'histoire des rapines des guerres avec des vaincus et des vainqueurs ont amené aux dérives des races supérieures qui ont fait le lit du nazisme Nous sommes différents des chimpanzés par 2% de notre génome Le génome de chacun est le génome de tous. Dans cinquante ans la biopuce sera le marqueur identitaire neutre, puisqu'elle se base sur des « paramètres » de performance qui ne sont pas liés au sol ou à la naissance. Le darwinisme sera- eugénisme aidant- la norme. Bienvenue dans le monde d’Orwell Mais ceci est une autre histoire.


1. http://www.legrandsoir.info/Les-amalgames-odieux-de-Sarkozy.html


2.Jacques-Marie Bourget. http://www. legrandsoir.info/ces-fennecs-algeriens-au-passeport-francais.html

3.Français de souche: Encyclopédie Libre Wikipédia

4.Sadek Sellam: La France et ses musulmans. 1895-2005 Fayard.

5.Élisée Reclus: Nouvelle géographie universelle: la terre et les hommes, éd. Hachette, 1881, t. 2, chap. 1 -Vue d'ensemble - Le milieu et la race, Ancêtres de Français


6. Gustave Le Bon: La Civilisation des Arabes (1884),, éd. La Fontaine au Roy, 1990

7. Jules Michelet, Histoire de France, éd. Chamerot, 1861, t. 2, p. 335

http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour/198057-vous-vous-trompez-de-combat.html

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

Partager cet article

Repost 0
Chems Eddine Chitour - dans anomie du Monde
commenter cet article

commentaires